Diversification alimentaire
Diversification alimentaire

Comment alimenter notre bébé et notre enfant ?

Pourquoi est-il conseillé d’allaiter son bébé ?

Premièrement parce que le lait maternel contient absolument tout ce dont votre bébé d’amour a besoin. Ce miracle de la nature contient plus de 200 composants et voici les essentiels :

  • Des protéines extrêmement faciles à absorber et à digérer
  • Du sucre et du gras, mais juste ce qu’il faut pour les cellules de bébé
  • Vitamines et minéraux
  • Des enzymes pour faciliter la digestion (la nature est bien faite quand même non ?)
  • Des acides gras essentiels au développement du cerveau
  • Des Anticorps et molécules anti-microbiennes pour une immunité au TOP
  • Des hormones et facteurs de croissances
  • Des cellules vivantes qui viennent stimuler ses défenses immunitaires

Mais ce n’est pas tout

L’allaitement a un double impact positif. Il associe les besoins nutritifs essentiels aux besoins relationnels à travers le peau à peau qui apporte chaleur, réconfort et renforce bien évidemment le lien d’attachement mère/enfant.

Mais si vous faites partie des femmes qui ne peuvent ou ne veulent pas allaiter, ne culpabilisez pas car bébé ressent aussi la chaleur, le réconfort et l’amour que vous lui porter avec le biberon.

Les deux avantages de l’allaitement que le biberon n’a pas

Aucun lait conçu en laboratoire ne pourra égaler le lait exceptionnel de maman. Cependant veillez à avoir une alimentation riche, variée et équilibrée pour améliorer la qualité de votre lait. Votre lait prendra les saveurs de votre alimentation, d’ailleurs notre amie et partenaire Nina Johan Lounéa bdm nous a spécialement concocté quelques idées recettes équilibrées et adaptées.

Ensuite donner à téter, permet à l’utérus de retrouver sa taille initiale. C’est magique!

Les 3 autres avantages de l’allaitement sur le corps

  • L’allaitement viendrait faciliter la perte du poids pris lors de la grossesse
  • L’allaitement réduit le risque du cancer du sein et, peut-être même selon certaines études, de l’ovaire
  • L’allaitement retarde le retour des menstruations

Ça fait pas mal de points positifs non ? :p

Au fait n’oubliez pas non plus un complément de vitamine D, jusqu’au 18/24 mois de l’enfant, sauf si vous avez la chance de pouvoir prendre tous les bienfaits du soleil en vous exposant 20mn par jour.

Je vous conseil un site formidable concernant l’allaitement. La Leche league France

Les vertus de la vitamine D

  • Permet la minéralisation des os, des dents en période de croissance
  • Permet l’assimilation du calcium et du phosphore par les intestins et l’organisme

Quand est-ce que je procède à la diversification alimentaire ?

Jusqu’à 6 mois une alimentation lactée exclusive est grandement préconisée par l’OMS (organisme mondial de la santé).

Pourquoi ne pas commencer la diversification avant 6 mois d’ailleurs ?

C’est tout simplement parce que la maturité neurologique, rénale et digestive de l’enfant est en construction.

Les dangers d’une diversification alimentaire précoce

Surcharge rénale due à un apport excessif en protéines, hypertension artérielle occasionnée par un excès d’apport en sodium, risque d’anémie et de rachitisme à la suite d’apports alimentaires insuffisant en calcium et en fer, risque futur de maladies cardiovasculaires provoquées par une alimentation riche en graisses animales saturées, risque d’allergies alimentaires. Beaucoup de raisons finalement pour ne pas tenter l’expérience. 🙂 (La diète du petit mangeur de Marlène Petitguyot).

La diversification alimentaire consiste à introduire progressivement des aliments en plus du lait dans les repas.

La nourriture que nous ingérons n’est pas toujours bonne pour notre santé et a un impact direct sur notre cerveau.

Ma femme et moi avons pris la décision de ne plus investir d’argent dans des produits industriels ou ayant de mauvaises qualités nutritives. Nous favorisons aujourd’hui une alimentation saine, biologique et locale autant que possible et, en plus, ça profite bien à bébé.

L’alimentation est notre première médecine” Hippocrate

Les produits laitiers

Il est déconseillé de donner du lait cru à un enfant de moins de 3 ans, qu’il soit de vache, de chèvre ou de brebis.

Pourquoi ? Il pourrait être à l’origine d’une infection bactérienne grave causée par la listeria ou être vecteur de la brucellose.

Petit point sur les termes utilisés

Le lait premier âge doit être donné jusqu’à 5 mois. Le lait deuxième âge (ou de suite) doit être donné entre 6 mois et 1 an. Et le lait de croissance doit être donné entre 1 an et 3 ans.

Les produits laitiers sont riches en protéines, utiles pour la construction et l’entretien des muscles. La caséine, la lactalbumine et la lactoglobuline sont les principales protéines.

La caséine

Faisons un petit point sur la caséine…
Le scientifique norvégien Karl Ludvig Reichelt soutenu par de nombreux médecins, annonce qu’un dysfonctionnement du métabolisme empêche la désagrégation de certaines protéines et notamment la CASÉINE. Il dit que la caséine provoque des problèmes mentaux, tels que le trouble de déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH).

Les produits laitiers apportent des nutriments énergétiques ; formés d’acides gras essentiels nécessaires à l’organisme ; source de calcium, de vitamines B, A et D.

Les légumes

Il y a 5 catégories de légumes.

  1. Légumes racines : carottes, betteraves, radis, etc.
  2. Légumes feuilles : épinard, choux, céleri, etc.
  3. Légumes tiges : poireaux, asperges, etc.
  4. Légumes fleurs : brocolis, choux-fleurs, etc.
  5. Légumes fruits : tomates, aubergines, courges, etc.

Et bien sûr les pommes de terre sont des féculents et non des légumes !

Favorisez les légumes frais et biologiques. Choisissez les légumes surgelés plutôt qu’en conserve. Car pour les conserves, les légumes subissent un traitement thermique (une appertisation) qui engendre une perte en vitamines et en sels minéraux.

Les légumes et les fruits sont les premiers aliments à introduire dans l’alimentation de bébé. Initiation à de nouvelles saveurs, sachant que bébé adore le sucré (souvenir de la douceur du lait maternel) ! Il est préférable de commencer par les légumes lors de la diversification alimentaire.

Pour ne pas prendre de risques, il est conseillé d’introduire les légumes un à un, et de laisser un intervalle de quelques jours pour savoir s’il s’adapte à ce nouvel aliment. Il sera aussi plus facile de détecter une éventuelle allergie ou intolérance.

Les légumes sont riches en eau. Ils contiennent des glucides, des vitamines A, C et B, des sels minéraux et des fibres. Ils luttent contre la constipation mais attention à ne pas en abuser, et surtout faites attention aux explosions fécales de votre chouquette !

Les fruits

Groupe constitué de :

  1. Fruits à noyaux : abricots, pêches, cerises, etc.
  2. Fruits à pépins : pommes, poires, etc.
  3. Fruits rouges ou baies : fraises, framboises, groseilles, etc.
  4. Fruits exotiques : bananes, ananas, kiwis, etc.
  5. Fruits à coques (oléagineux) : noix, noisettes, etc.
  6. Fruits secs : abricots secs, raisins secs, pruneaux, etc.

Comme les légumes, ils sont riches en eau, glucides, vitamines, sels minéraux et fibres. Les oléagineux sont une source incroyable de protéines, lipides et vitamines.

Les effets bénéfiques des fruits sur la santé se retrouvent au niveau de la digestion (transit, élimination des toxines), circulation (régulation de la tension artérielle…), lutte contre le vieillissement (rôle antioxydant des divers micronutriments…).

Petits conseils concernant les fruits

Attendez que votre bout de chou ait 1 an pour les fruits rouges et exotiques pour limiter les risques d’allergies liées à leurs graines particulièrement dures. Attendez 3 ans pour les fruits oléagineux, car il y a aussi un risque allergisant. Attendez 8 mois pour la banane, car elle est riche en amidon et cela peut provoquer des troubles digestifs.

Les féculents

Groupe constitué des :

  1. Tubercules : pomme de terre;
  2. Légumes secs : pois chiches, lentilles, haricots secs, fèves, etc.
  3. Dérivés des céréales suivantes : blé, maïs, orge, avoines, riz, manioc, seigle etc.
  4. Pain, pâtes, semoule, etc.

À propos des féculents

Les féculents sont très riches en amidon, ils sont donc très énergétiques. Ils sont digérés lentement ce qui, non seulement calme la faim, mais apporte de l’énergie durablement.

Sélectionnez votre pain et vos biscuits. Limitez le sucre autant que faire se peu. Dans un article ou un podcast, nous souhaitons vous parler du sucre.

Viandes/ poissons/ œufs (VPO)

Pour des raisons éthiques, écologiques et philosophique nous sommes végétariens et à ce titre nous allons vous parler des oeufs dans cette catégorie et des substituts à la viande et au poisson.

L’oeuf est extrêmement protéiné et donc est en capacité de remplacer la viande et le poisson. Nous vous conseillons de prendre des oeufs bio avec des poules élevées en plein air.

ET LE TOP DU TOP, c’est d’avoir ses poules et de leur donner un complément en graines de lin, ce qui va vous donner des œufs riches en omégas 3. Les omégas 3 sont les acides gras indispensables à notre santé. Ils sont bénéfiques pour notre système cardio-vasculaire et notre équilibre émotionnel.

Pour les végétariens on les trouve dans les œufs, l’huile de colza, l’huile de soja, l’huile de noix, l’huile de germe de blé, les graines de lin et dans les fruits à coques.

Besoins en protéines chez l’enfant

Les besoins en protéines sont plus importants chez l’enfant que chez l’adulte.

Repère : 0,90 g de protéines par kg de poids / jour, soit 9 g / jour pour un bébé de 10 kg

Quelques aliments protéinés

  • Amarante,
  • avoine,
  • seigle,
  • blé,
  • boulgour,
  • orge,
  • arachide,
  • haricots,
  • lentilles,
  • pois cassés,
  • pois chiches,
  • etc.

Une alimentation végétarienne convient très bien à un bébé/enfant. Il suffit de créer une bonne synergie entre les aliments et de varier au possible.

Veillez à vous exposer au soleil et à exposer bébé au moins 15 minutes, afin de synthétiser la vitamine D.

Le sucre…

Bientôt un article et un podcast à ce sujet.

Pour conclure, la diversification alimentaire permet à bébé d’apprendre les différentes saveurs et les bonnes habitudes alimentaires afin qu’il devienne un adulte gourmet. Attention à ne pas forcer bébé, même si vous souhaitez ne pas gaspiller, faites preuve de patience et respectez son rythme. Soyez à son écoute, accompagnez-le dans cette aventure du goût.

Avez vous des informations supplémentaires à partager au sujet de la diversification alimentaire ?

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  • Thual

    Bonsoir,
    Quand vous parlez de diversification alimentaire et de l’introduction des aliments petits à petits est ce que c’est exactement le même procesus pour une diversification alimentaire menée par l’enfants ?
    😊

    • Fabien

      Bonjour,

      Il est prévu que nous écrivions un article sur la diversification alimentaire mené par l’enfant (DME).
      Il est probable qu’il réponde à votre question. Merci pour votre intérêt vis à vis de notre blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :