les écrans l'essentiel des parents
Education

Les écrans et nos enfants – Pourquoi faut-il les en préserver ?

Quoi de plus actuel, que le sujet des écrans !

Eh bien pas si actuel que ça. Cela fait déjà un petit moment que nous nous inquiétons de leurs impacts sur l’homme. Informations scientifiques, conseils, témoignages et astuces sont au programme.

Nous ne sommes jamais trop informé à ce sujet et je vous invite à écouter ce podcast qui est dédié à nous, les parents. Nous qui avons de grandes responsabilités concernant nos enfants.

Notre premier podcast, de notre défi 1/30 Jours, les écrans et nos enfants.

Salut, C’est Fabien, du blog L’Essentiel de Parents.
En ce moment nous avons choisi de favoriser les podcasts pour deux raisons.


1°) C’est un support que l’on peut utiliser partout. En tant que parent, il est parfois difficile de se dégager du temps donc c’est un bon compromis.
2°) Et c’est aussi pour vous éviter d’être devant un écran encore une fois… surtout pour vos enfants en bas âges.


D’ailleurs je voulais vous partagez quelques informations à ce sujet. On n’est jamais trop informé 🙂 .
Bon, les écrans font partie de notre culture et le cerveau se modifie et s’est adapté à cette société de l’image. Cela fait un bon moment que nous nous inquiétons de l’impact des écrans, puisqu’en 1997 deux pédopsychiatres ont indiqué qu’il y avait une altération de la formation des synapses et une perturbation dans les apprentissages sur les 3000 familles suivies. Une autre étude démontre que les risques de troubles cognitifs sont réels : perturbation du sommeil, problème concentration, perte créativité par exemple.


Vous n’êtes pas sans savoir que la lumière bleue provoque des lésions au niveau de la rétine et du cristallin, veiller à modérer l’exposition, à mettre en filtre « jaune », il existe également des lunettes de protections.


Quand nous regardons des images ou quand nous parlons, ce ne sont pas les mêmes zones cérébrales qui sont stimulées.
Avec les écrans, une fois que le cerveau est sculpté et façonné par son environnement sensoriel, il perçoit un monde différent. La stimulation des différentes zones cérébrales et les lésions sont faciles à observer grâce à l’imagerie cérébrale ou la neuro-imagerie.


Le Neuro-pédiatre de renommé Boris Cyrulnik, nous informe que nous devons prendre des décisions radicales, pas d’écran avant 3 ans : télévision, ordinateur et encore moins le smartphone. Là c’est une information d’une extrême importance et il ne faut pas minimiser son impact. Vous voyez à quel point l’enfant peut être hypnotisé par l’écran, et ce qui est dramatique c’est que nos chérubins peuvent être addict en seulement quelques jours, mais ce n’est pas tout, cela vient altérer le développement cérébral.


Nous sommes des êtres de relations et ce sont les interactions qui viennent favoriser le bon développement du cerveau. Si, écran il y a après 3 ans, il est possible de limiter les conséquences, il faut sans cesse proposer à son enfant des interactions sur ce qu’il voit et comprend.
Qu’est-ce que tu as vu ? Que comprends-tu de cette scène ? Tu sais pourquoi il a fait ça ? Tu es d’accord avec ça ?  Est-ce normal selon toi ? Essayer de faire le parallèle avec la vie du quotidien. Faire de ce support filmique un outil à la communication et aux interactions. Le bébé, l’enfant a besoin de voir les gestes, les mimiques, le langage non verbale (c’est une interaction avec le vivant). Sans ses interactions, il peut même développer un trouble de l’empathie, de l’estime et sans doute d’autres choses que je ne sais pas encore…


J’ai aussi lu que les écrans apportaient une saturation de la mémoire dite de travail ce qui entraîne une diminution des performances intellectuelles. Le psychiatre Serge Lisseron nous dit que la pensée devient automatisée et que nous pensons moins.


Avez-vous déjà observé un enfant jouer aux jeux vidéo, il est littéralement soumis à ses pulsions (plaisir ou agressivité et parfois même de la violence). Les colères engendrées par les écrans ne sont pour moi pas très saines.


D’une part elles n’ont pas pour vocation à se construire ou à s’affirmer contrairement à la colère d’opposition qui est naturelle dans le développement de l’enfant. En observant mon comportement, le comportement de mes proches et des jeunes que j’ai pu côtoyer, j’ai remarqué que les colères devenaient de plus en plus fréquentes et de plus en plus intenses. Ce qui prouve que cette colère s’auto-engendre, s’alimente par elle-même. Qu’il n’y a absolument rien de libérateur à péter un câble bien au contraire.


Je tiens à nuancer ses propos concernant les écrans, en vous disant que le cerveau a une incroyable plasticité surtout entre 0 et 5 ans. Il est en changement permanent et il suffit de quelques mises à jour pour venir améliorer les choses.


Quelques petits conseils pour vous aider :
·          Il n’est jamais trop tard pour changer nos habitudes de consommation numérique et surtout en présence de nos enfants.
·         Établir des règles.
·         Préserver la lecture, pour la créativité et l’activité d’une zone particulière du cerveau.
·         Si vous le mettez devant des écrans, Accompagner vos enfants lors des visionnages (et si vous n’avez pas le temps, discutez en).  
·         Pas d’écran avant le dodo, enlever les numériques des chambres
 
Pour vous les parents ou ceux qui s’apprêtent à le devenir : il serait bon de partager des moments de qualité, apprendre à méditer ensemble (les effets bénéfiques sont considérables), philosopher, retrouver le contacte avec soi-même, la nature.


Ma femme et moi, nous n’avons pas de télévision, on a mis le bureau dans une pièce séparée, notre difficulté principale est le smartphone car même si nous ne lui montrons pas l’écran, nous l’utilisons très souvent et cela suscite sa curiosité et on constate qu’il a envie de le prendre en main. Sachant que nous sommes son modèle, nous allons essayer de limiter l’usage du smartphone en sa présence.

Et vous comment gérez-vous les écrans dans votre famille ?


Rejoignez-nous sur notre chaîne Youtube et sur les autres plateformes de podcasts.

Liker, partager et surtout exprimez-vous dans les commentaires.

Sources : Boris Cyrulnik, « Dans la tête de nos enfants »
Conseils pour limiter l’impacts des écrans
Les écrans changeront-ils notre cerveau ?

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 commentaires

  • Anne-Lise

    Je vous rejoins complètement et c’est toujours important d’avoir une piqure de rappel 🙂 Comme vous, le smartphone est le plus dur a mettre de coté et les enfants s’en rendent d’ailleurs bien compte 🙂 Dur de leur interdire qqch auquel on est toujours accroché 🙂

  • Valentine - Parents en Equilibre

    Pas de télé chez nous non plus. Quand elle était petite, notre fille pouvait passer plusieurs dizaines de minutes à scruter la flamme de notre poêle à granulés de manière hypnotique !! Nous avons toujours ri en disant que c’était notre télé à nous !

    Pour le smartphone, nous avons une petite panière à la maison où nous les déposons afin de prendre conscience de l’usage que nous en faisons. L’avoir sur soi peut générer des comportements machinaux et automatiques ; devoir se déplacer jusqu’à la panière permet de se rendre compte et de se poser la question : est-ce vraiment nécessaire, là maintenant ? Pour ma part, j’éteins mon portable entre 19h30 et 20h et le rallume entre 7h et 8h le matin, afin d’avoir également une vraie coupure.

    Nous autorisons parfois notre fille à envoyer des petits emoticons par sms à sa grand-mère ou sa tante. Quelques dessins-animés choisis de temps en temps sur l’ordi également. Il m’est déjà arrivé 2-3 fois également de faire une activité de jeux éducatifs sur l’ordinateur avec elle pour apprendre à manipuler la souris notamment.

    • Fabien

      Merci d’avoir réagi à cet article. Ah oui l’idée de la panière ça aide vraiment à visualiser et à prendre conscience de cette grande consommation des numériques. C’est chouette ! Oui interdire complètement serait contre productif… on connaît tous le résultat des interdictions.

  • Nicolas Roché

    Pas encore d’enfants, mais clairement une source de questions et de tracas pour quand le temps sera venu… Merci pour ces bons conseils et aussi des bonnes pistes de reflexions. Avoir un enfant remettra probablement en cause beaucoup d’habitudes et l’utilisation des smartphones est clairement importante!

    • Fabien

      Merci avec plaisir pour les conseils et pistes de réflexions. Prenons de bonnes habitudes même avant d’avoir un enfant 🙂 Car même en tant qu’adulte ça va nous faire beaucoup de bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :