Maman qui joue avec son enfant
Devenir parent

5 situations qui nous font grandir en tant que parent

J’avais envie d’écrire cet article car récemment, je me suis rendu compte que mon fils m’a vraiment aidé à devenir quelqu’un de meilleure. Mais ce n’est pas sans effort de notre part. En effet, notre enfant met en lumière toutes les résistances que nous pouvons avoir face aux contraintes et dans la vie en général.

5 choses qui ont eu un impact positif sur moi.

1°) Se lever le matin, à qui le tour ?

Le soir, une fois que mon fils dort, c’est le temps où les parents peuvent se retrouver et vaquer aux diverses occupations. Pour ma part, je travaille très souvent sur mes projets professionnels. Il m’arrive de m’endormir assez tard et d’avoir des difficultés à me réveiller le matin. Je sens une tension intérieure forte lorsque mon fils m’appelle à tue-tête et que je souhaite que l’ours à côté de moi se lève. La journée démarre mal et nous sommes tous les deux de mauvaise humeur.

Conseils : Nous avons établi un petit planning de la semaine concernant les réveils nocturnes et les levers du matin pour éviter les tensions inutiles.

Quand c’est à mon tour de me lever le matin, que je me suis couchée tard dans la nuit, je me dis dans ma tête que j’accepte cette réalité et que je serais présente et positive pour mon fils.

2°) Les bêtises

Quand je suis fatiguée, je suis moins tolérante face aux bêtises. Qu’est ce que j’entends par là ?

Comme tout le monde, quand je dors assez, je suis plus cohérente dans la gestion des bêtises.

Conseils : J’ai tout misé sur le dialogue. Je prends le temps de communiquer jusqu’à ce qu’il comprenne la raison du pourquoi. Quand il met lui-même du sens, tout devient plus simple. Papa, étant une figure d’autorité, venait à ma rescousse quand le message n’était pas assez clair pour lui. Papa précise toujours que maman a raison et qu’il est très important de l’écouter. Et surtout, le plus important, reposez-vous, dormez.

3°) Jouer

Pour être sincère, par moment je n’ai clairement pas envie de malaxer de la pâte à modeler ou de construire un château en Kapla. Alors mon esprit vogue ailleurs et je ne suis pas pleinement présente avec lui.

Conseil : Avant chaque début de journée, je me dis dans ma tête que j’accepte d’être pleinement avec lui dans les moments où il souhaite jouer avec moi. J’évite que cela génère en moi des tensions qui pourraient devenir palpables pour lui. Accepter le fait que nous n’avons pas la possibilité de faire autre chose.

4°) Le coucher

Le moment du coucher peut être une source de stress et de complication surtout quand notre enfant ne souhaite pas aller se coucher. Pour ma part, c’est quelque fois le cas.

Conseils : Je m’apaise intérieurement, je passe le temps qu’il faut pour faire descendre l’énergie de la journée. Je suis pleinement présente pour mon fils. Nous avons établi un rituel qui fonctionne très bien. Pyjama, hygiène, histoires, biberon, câlins et nous lui donnons un jouet pour qu’il puisse passer du temps à jouer adapté dans son lit une fois que nous avons quitté la chambre. Il faut à tout pris lui montrer que nous ne céderons pas s’il tentait de se soustraire au coucher en faisant une crise « injustifié ».

5°) les cris

Au début, lorsque mon fils criait pour obtenir quelque chose, j’étais déstabilisée et je ne savais pas toujours comment faire en sorte que le calme revienne.

Conseils : Aujourd’hui, j’ai une toute autre manière de percevoir et de réagir face à cela. Pour commencer, je ne me laisse pas du tout impressionnée et je deviens une sorte de pilier infaillible qui résistera à n’importe quelle tempête. Ça n’empêche pas que ses émotions soient acceptées. Mon fils l’a bien intégré et il sait qu’il n’a aucune chance d’obtenir satisfaction avec les cris. En réalité, ce positionnement a un effet sécurisant et cadrant mon fils. Pendant les crises et encore maintenant, je demande de l’aide à mon mari qui représente “l’autorité”. Une fois que votre enfant a pris conscience que vous ne lâcherez pas, il choisira une communication plus adaptée. La recette miracle c’est la conscientisation de l’enfant à travers un dialogue fréquent et cohérent.   

Conclusion

1°) Un enfant nous oblige à devenir un minimum organisé

2°) Ça nous permet de prendre conscience qu’il faut prendre soin de soi pour prendre soin de l’autre. Bien dormir pour être tolérant.

3°) Accepter de lâcher prise sur la vie quotidienne que l’on a eu l’habitude d’avoir et accepter pleinement d’être avec son enfant et laisser passer toutes les pensées. Je vous dis ça en connaissance de cause, car je suis une femme qui a un surmenage mental.

4°) Ça nous permet d’obtenir de la régularité dans les rituels quotidiens et que l’enfant sache que le parent est stable.

5°) Soutien parental et dialogues fréquents et cohérents.

J’espère avoir mis l’essentiel à l’intérieur de cet article et qu’il pourra vous être utile.

Vos enfants vous aide-t-il aussi à grandir en tant qu’individu ?

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *