Se connecter à son enfant intérieur pour être maman entière
Conscience

Parent connecté à son enfant intérieur

Les parents sont de grands enfants.

Ce soir je suis allée voir le premier article qu’a publié Melissa de GoldenWendy. Je me suis tout de suite sentie comme dans un cocon rassurant et confortable. Pourquoi ?
Son premier article date de mars 2013, il y a un texte en paillettes qui scintille. J’ai retrouvé en un instant l’esprit des blogs que nous tenions dans notre jeunesse avec ma sœur (les années 2000). Le blog un espace réservé, privilégié, où nous pouvons être nous-mêmes.

Dans ce monde adulte centré sur la productivité, la performance… Je me sens déconnectée.

Avec ce premier article de blog de GoldenWendy je me retrouve à l’intérieur de moi dans un endroit que j’avais oublié, comme lorsque l’on revient dans sa chambre d’enfant chez ses parents.

Prendre soin de son enfant intérieur, de sa créativité, de sa sensibilité.

Aujourd’hui je suis maman, mais je ne me sens pas entière si je ne parviens pas à me retrouver à l’intérieur, à retrouver ma douceur, ma joie, mon enthousiasme, et mon imagination d’enfant.

Je souhaite aujourd’hui me reconnecter aux choses que j’aime vraiment, aux choses qui me font du bien.

La désillusion de la maternité

Je n’étais pas prête à devenir maman. Je pensais que je l’étais. Tout au moins je ne pensais pas vraiment.
Je m’étais projetée dans une image qui ne m’appartenait pas.

D’où peut bien venir cette image ? C’est une question que je me pose maintenant.
Avant de me la poser tout paraissait évident : le compagnon, les enfants, et bien sûr le travail. Je suis passionnée de littérature et de cinéma et je pense que les schémas classiques de la société telle qu’ils nous sont servis par la littérature et donc aussi le cinéma influencent inconsciemment. Sans parler de l’entourage qui reste classique.

La crise

Bref, j’ai eu l’impression de me réveiller dans un cauchemar avec l’arrivée de ma fille. Car non, rien ne correspondait à de que j’avais pu imaginer. Non, je n’étais assurément pas prête à vivre ce tsunami. Quel atterrissage, wouaouh, ça peut faire sacrément souffrir, tant que ce qui est vécu n’est pas accepté. Et puis l’enfant est là et quand le soutien vient à manquer en plus, c’est dur, il faut le dire ! Je n’avais pas connaissances de témoignages difficiles, donc je ne pouvais pas imaginer que ma vie aurait pu être celle qu’elle est (ou fut).

Prise de conscience

Avant même d’aborder le sujet de la reconnexion avec ma créativité et mon imagination (éléments vitaux à mon bien-être), je peux comprendre à présent ce qui m’en a déconnectée :

  • vivre dans une illusion sur plusieurs plans de vie
  • vivre une relation qui s’était rapidement révélée toxique
  • vouloir cocher toutes les cases sans m’interroger sur ce qui est important pour moi, où je voulais aller et par quels chemins
  • en gros être à côté de mes baskets, bien que plusieurs séances de kinésiologie avaient souligné ce point. À croire que ma destinée était d’aller au fond de cette expérience pour bien comprendre ce qu’est une illusion.

Ce qui m’a permis d’accepter d’être maman

Accepter d’être maman est un très long processus. Comme je l’évoquais, le mal-être engageait plusieurs secteurs de vie. Je vous donne dans l’article sur la dépression post-partum 5 clés pour s’en sortir et qui m’ont aidé à me rassembler.

Ensuite, il y a eu aussi deux lectures particulièrement qui m’ont aidé :

  • Pourquoi trop penser rend manipulable, protégez votre mental de l’emprise, de Christel Petitcollin dont vous pourrez lire ma chronique sur le blog Des Livres Pour Changer De Vie ;
  • Sorcières, la puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet, qui m’a notamment fait découvrir l’existance du non-désir d’enfant. Je me suis procurée en ce sens le livre de Orna Donath Le regret d’être mère, que je n’ai pas encore lu mais dont je vous proposerai aussi la chronique sur L’Essentiel des Parents.

Je suis quelqu’un de littéraire et qui trouve des clés fonctionnelles dans les livres.

Ce qui a permis de me reconnecter à ma créativité et imagination

Au delà du temps qui fait son affaire, la reconnexion avec mon enfant intérieur c’est fait par la musique, notamment celle que j’écoutais quand j’étais au collège.

De plus, la possibilité de créer l’espace et le temps pour prendre soin personnellement de soi, en tant que maman, est vital pour accepter son nouveau rôle de maman. En effet, en étant bien avec soi et en prenant le temps régulièrement d’être seule et de prendre du recul, nous sommes d’autant de meilleure personne pour notre entourage.

Qu’en est-il pour vous ? Vous êtes vous sentie déconnectée de vous-même en devant maman ?
Par quels moyens avez-vous retrouvé votre entièreté ?

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 commentaires

  • vincent

    Merci pour ton article, qui marche aussi quand on est papa. A parfois trop vouloir tout assumer, on peut en oublier ce qui est important et se perdre dans un quotidien qu’on a construit sans faire attention. Prendre soin de soi est important et souvent la clé pour bien prendre soin des autres !

  • Claire

    Merci et bravo pour cet article.
    Le gens ont la facheuse tendance de croire que lorrsque l’on devient parent, il faut s’oublier complètement, être 100% adulte et laisser tomber son enfant intérieur. JAMAIS! Pourquoi ne pourrais-t-on pas être parent en étant soi-même ? Drôle d’idée!

  • Tatiana de Panda Productif

    Merci pour ton article déculpabilisant ! Mes filles sont grandes maintenant mais je me souviens de mon état lors de la naissance de ma première : je croyais être prête mais pas tant que ça au final. Je trouvais tout difficile et comme elle ne dormait pas la journée et que j’étais loin de ma famille, j’étais épuisée… J’ai aussi eu l’impression d’être seule dans ce cas : une maman pas totalmenet épanouie à la naissance de son enfant, ça ne se disait pas trop et à l’époque, vivant à la Réunion, internet n’était pas encore dans mon quotidien donc pas d’aide de ce côté là non plus. Les livres de maternité avaient tout faux. Je me souviens encore de cette phrase : votre enfant dormira environ 20h sur 24 : ok moi j’étais à 10h sur 24 pour mon BB et je croyais que je faisais tout mal… mon mari a pris les choses en main et m’a laissé du temps pour moi, ce qui m’a bien aidé à me reconnecter.

    • Angèle

      Oui l’isolement et le manque d’information, voire le tabou, n’aide pas les jeunes mamans. C’est super que tu aies pu compter sur ton mari pour t’aider ! Ce n’est pas le cas de toutes les mamans n’ont plus… Et je ne sais pas ce qu’il en est pour les mamans dans ce cas, mais personnellement je n’ai jamais réussit à faire le pas d’entrer en contact avec des groupes de mamans. Ce qui pourtant semble être une super alternative à l’isolement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :